D’abord, conservez votre calme.
Croyez l’enfant, aidez le à s’exprimer avec ses mots d’enfant sans en rajouter et sans vous laisser envahir par vos inquiétudes, votre imagination et vos connaissances sur la sexualité. Ne le faites pas répéter, ni raconter plusieurs fois ce qu’il a vécu.
Accompagnez-le rapidement auprès des services compétents (Police, Gendarmerie) afin qu’il soit pris en charge par des professionnels formés à recueillir sa parole.
Laissez les professionnels judiciaires interroger le présumé abuseur et mener leurs investigations.
Préoccupez-vous du bien-être de l’enfant et de sa protection sans jamais chercher à faire justice vous-même.

Si vous avez des doutes ou que les propos de l’enfant ne sont pas clairs, vous pouvez l’emmener consulter un thérapeute pour enfants.

Dans tous les cas, dites à cet enfant qu’il a eu raison de vous parler, félicitez-le pour son courage et remerciez-le de vous avoir fait confiance.

Vous pouvez appeler le numéro de téléphone de votre pays pour effectuer un signalement.