Jeux sexuels entre enfants

Brigitte Allain Dupré, psychologue clinicienne, psychanalyste jungienne, membre de la Société Française de Psychologie Analytique (SFPA) :

Moi je pense que les jeux sexuels entre enfants ils sont très intéressants, parce que de la même manière que la masturbation c’est une découverte de son corps, le jeu sexuel entre enfant et souvent entre enfants de sexe différent, c’est un jeu de découverte. Alors ils sont très marrants les enfants parce qu’ils savent bien qu’il y a un petit peu de transgression là-dedans : ils se planquent, ils ont pas envie qu’on les dérange, ils ont pas envie que ça se sache. Donc, je crois que c’est important de respecter et de vérifier un peu de loin qu’il n’y a pas d’abus, que le petit garçon n’est pas en train d’essayer de voir si le Playmobil rentre dans le sexe de la petite fille – ce que j’ai quand même vu – donc il s’agit aussi de vérifier un peu de loin, mais d’essayer de pas faire intrusion. Et puis à un moment, on les appelle pour le goûter, et puis ils arrivent en se rhabillant et en disant « on a bien joué à Zorro Maman ! ».

Cécile Miele, psychologue et sexologue au Centre Ressources pour Intervenants auprès d’Auteurs de Violences Sexuelles (CRIAVS) Auvergne et au CHU de Clermont-Ferrand :

Aujourd’hui, on a un peu tendance à s’inquiéter très rapidement dès que des enfants jouent au docteur les uns avec les autres, à se poser la question s’il y a pas un caractère pédophile derrière ces jeux-là. Donc c’est important de se rendre compte que ça c’est le regard que nous on porte sur leur comportement. Donc l’exploration est normale.
La question c’est : à partir de quand ce jeu sexuel commence à devenir problématique ? Et donc cette limite elle est un petit peu, beaucoup même, définie par des sexologues, psychologues. Et on parle en effet de comportements sexuels problématiques. Le premier critère c’est celui de la contrainte, hein, de la coercition, le fait que l’un des deux impose le comportement à quelqu’un d’autre, alors là, en effet, on va pouvoir se poser la question de savoir si on est vraiment dans l’exploration. Première alerte.
La deuxième alerte c’est la répétition. Si c’est un comportement sexuel qui est un petit peu compulsif ou en tous cas répété, malgré les alertes des adultes, là aussi on a une deuxième alerte.
Et enfin, troisième alerte, est-ce que c’est cohérent avec le public/privé, c’est-à-dire est-ce que ce comportement sexuel entre deux enfants se réalise de façon très agressive au regard des autres ? Est-ce qu’il est exposé ? Ou est-ce qu’on est dans une exploration à deux, à jouer au docteur ? Là, c’est encore autre chose.
Ce qui est central c’est la question du jeu. Il faut que ça demeure un jeu pour les deux.

Patrick Blachère, expert psychiatre, sexologue, vice-président de l’Association Interdisciplinaire post Universitaire de Sexolologie (AIUS) :

Si vous avez, en tant qu’adulte, l’impression qu’il se passe quelque-chose d’une autre nature, c’est là où il faut peut-être consulter des spécialistes, parce qu’il est possible que l’un de ces enfants ait été lui-même agressé par un adulte ou par un adolescent, et qu’il reproduise ce qu’il a pu vivre, ou ce qu’il a pu voir à la télévision, et là ça peut être problématique. Donc c’est à vous, en tant que parent ou en tant qu’adulte, de voir si ce que vous découvrez comme jeu sexuel d’un enfant, ou entre enfants, est de l’ordre de la banalité, ce en quoi il faut être simplement cadrant, ou plus problématique, et dans ces cas-là il faut être vigilant et demander l’avis d’un spécialiste.

L’intégralité de chacun de ces entretiens est disponible gratuitement sur notre site internet et sur notre chaîne YouTube.