Ados, sextos, nude : attention danger !

Violaine Chabardes, adjudante-Chef, commandant la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile (BPDJ) de Lyon, Gendarmerie nationale :

Quand on est un adolescent, et qu’on prend des photos de soi nu, un selfie tout nu, c’est interdit d’échanger ces photos-là ? C’est considéré comme de la pornographie infantile ?

Alors, ça peut, suivant l’âge de l’adolescent, mais c’est surtout se mettre en danger. Surtout. Quand un enfant se prend en photo, ou branche sa webcam et peut se montrer nu ou faire des actes à caractère sexuel sur son propre corps, il ne sait pas toujours qui est son interlocuteur. Il y a des pédosexuels qui vont prendre contact avec ces enfants et vont les amener à se déshabiller ou à faire des actes sexuels devant la caméra. Ils ont l’impression que c’est un enfant de leur âge, qui peut communiquer avec eux, et puis finalement ils se font piéger, et ils subissent parfois du chantage, du harcèlement, qui peut les amener à être dans une situation vraiment très compliquée. Et puis, ils peuvent être traumatisés par les images du correspondant. Je pense à la situation d’un enfant qui croyait communiquer avec une jeune fille de son âge, et au final, quand il a branché la webcam, il a donné une image de lui-même, et l’interlocuteur, la première image qu’il lui a donné, c’est celle de son sexe en érection… avec un enfant qui est resté sidéré, qui a fermé son ordinateur et qui n’a pas parlé. Ça l’a tellement surpris qu’il avait du mal à en parler. Il a été traumatisé par cette image, vraiment.

Quand des adolescents se prennent en photo nus, parce qu’ils sortent ensemble et qu’il y a une mode de se prendre en photo nu, il y a un risque ensuite, que l’un des deux fasse pression sur l’autre, qu’il fasse du chantage ?

Oui tout à fait. Alors il y a du chantage qui peut être exercé par celui qui a récupéré cette photo, et qui va demander de plus en plus de photos intimes, de son petit ami ou de sa petite amie. Parfois avec des diffusions de cette photo au sein de l’établissement scolaire ou dans la sphère privée ou sphère plus générale, avec des conséquences terribles pour ces victimes, souvent des filles, mais pas que, qui se retrouvent dans une situation… Elle se sentent acculées et parfois ça engendre des tentatives de suicide, voire des suicides.

Donc on ne prend pas des photos de soi ou de son amoureux nu ?

Non, on ne prend pas, et surtout on ne transmet pas ce type de photos, à qui que ce soit, même si c’est quelqu’un en qui on a confiance au moment où on les fait. En tout cas, on ne les fait pas et on ne les donne pas. Après, tout ce qui est diffusé, on ne le maîtrise plus du tout. Le droit à oubli, sur Internet, ça n’existe pas, c’est un leurre. Tout ce qui est sur le Net, tout ce qui est sur les réseaux sociaux, c’est éternel, ça peut toujours être récupéré.

Même si on a très confiance, si on est très amoureux ?

Oui, il y a d’autres façons de montrer qu’on est amoureux ! En tout cas ce n’est pas la bonne façon, de donner des photos dénudées ou de se mettre en scène de façon pornographique. Ce n’est vraiment pas une chose à faire, vraiment !

On ne le fait jamais ?

Jamais, jamais. C’est l’humiliation totale après, pour ces jeunes qui sont l’objet de chantage ou de menace, avec l’envoi de photos à leur environnement proche, à leurs amis. Et c’est terrible parce que ça les amène vraiment à un enfermement et à une situation psychologique compliquée.

L’intégralité de chacun de ces entretiens est disponible gratuitement sur notre site internet et sur notre chaîne YouTube.